Ajout de hausses sur les ruches

Rétrospective de juillet 2018
mardi 12 février 2019
par  DEA
popularité : 88%

Les abeilles domestiques produisent le miel et le stockent dans les alvéoles qu’elles bâtissent dans les ruches. La mise en place de hausses dans les ruches permet d’augmenter la surface disponible pour les alvéoles et est donc cruciale pour la production de miel. En juillet 2018, des hausses ont été placées sur les trois ruches du micro-rucher du Lycée La Ricarde.

Le micro-rucher a été mis en place en mai 2018, dans une parcelle en friche à proximité de tournesols afin d’assurer l’approvisionnement des ruches. Le lieu choisi permet l’autonomie alimentaire des essaims tout en évitant une exposition trop directe au produits phytosanitaires. Les ruches ont été positionnées ouverture sud sud-est à l’abri du vent. Le cadre est paisible et à l’abri des regards, à deux pas du magnifique centre ville de l’Isle-sur-la-Sorgue.

Le rucher, avant l’intervention

Qu’est-ce qu’une hausse et pourquoi installer des hausses ?
Les abeilles vivent en essaims d’ouvrières autour d’une reine pondeuse. Les ouvrières ont pour rôle l’entretien, l’approvisionnement et la protection de la ruche, et le soin aux larves.

Les ruches artificielles sont composées en deux parties : le corps principal, qui contient des cadres qui ne sont pas récoltés, et les hausses, en nombre variable, qui sont superposées au corps une fois les cadres de celui-ci remplis.

En effet, le corps et les hausses contiennent des cadres sur lesquels les apiculteurs fixent des amorces en cire d’abeille d’excellente qualité sur lesquelles les abeilles façonnent des alvéoles. Une partie de ces alvéoles sert de couvain abritant le développement des œufs pondus par la Reine jusqu’à l’apparition de l’imago (abeille adulte). L’autre permettra aux abeilles de stocker le miel. La structure par cadres permet de garder une ruche bien organisée, ce qui facilite la récolte et l’extraction de miel.

A la récolte, les cadres des hausses sont prélevés par l’apiculteur et le miel en est extrait. Les cadres du corps sont maintenus dans la ruche et servent de garde-manger aux abeilles durant l’hiver.

La mise en place des hausses est donc importante pour la production de miel et le développement de l’essaim au sein de la ruche.

Cadre bâti

Fixation de la cire sur les hausses
Les amorces sont constituées de cire qui provient des opercules fermant les alvéoles d’une ruche. La qualité de cette cire est très importante puisqu’elle influence la capacité des abeilles à bâtir leurs alvéoles à partir de l’amorce.

Ces amorces se trouvent sous forme de plaques dans le commerce. Une plaque de cire est posée sur les deux à trois fils tendus en travers des montants d’un cadre. L’apiculteur fait passer un courant électrique au travers de ces fils constitués d’un métal conducteur : le métal chauffe et fait fondre légèrement la cire qui se trouve à son contact. La cire fondue enveloppe le fil et une fois refroidie, elle est scellée et ne bouge plus.

En général, dix cadres sont montés dans chaque hausse.

Fixation des amorces au moyen d’un courant électrique

Mise en place des hausses
Avant de mettre en place les hausses, les manipulateurs se recouvrent d’une combinaison protégeant toutes les parties du corps des piqûres des abeilles qui vont tenter de défendre les ruches.

Afin de confiner la majorité des abeilles au sein des ruches pendant la manipulation, elles sont effrayées par de la fumée créée grâce à un enfûmoir. Il est important de veiller à ce que la fumée ne sorte pas à trop haute température pour ne pas bruler les abeilles.

Enfûmoir fumant (mal)
Francine Gascoin, enseignante en agronomie responsable du micro-rucher, en tenue d’apiculteur

Les couvercles des ruches sont ôtés, ce qui est parfois difficile en raison de la substance que sécrétée par les abeilles, dont elles recouvrent toutes les fentes dans le but d’imperméabiliser la ruche. Cette intrusion au sein de la ruche est l’occasion pour l’apiculteur de vérifier l’état général de l’essaim (mortalité, parasites, production de couvains et de miel dans les cadres précédents, etc). Puis les hausses sont simplement posées au dessus du corps ou des hausses précédentes, et le couvercle à nouveau positionné.

Vérification de l’état des cadres et de l’essaim : cadre couvert d’alvéoles operculées indiquant la présence de miel

Cette opération représente un stress pour les abeilles et ne doit pas être renouvelée trop souvent.

Au cours de l’excursion dans le micro-rucher de juillet 2018, il a pu être constaté qu’une seule des trois ruches présentait une forte activité. Une des ruches était très en retard sur les autres pour la production de couvain et de miel. Dans l’ensemble, il restait encore de la place sur les cadres de la hausse précédente, et quelques dégâts de mites ont pu être constatés (elles mangent la cire des alvéoles). Cependant, le rucher étant encore très jeune et les conditions météorologique au printemps ayant été déplorable, il n’est pas anormal d’observer une faible production de miel à ce stade de la saison.


Navigation

Articles de la rubrique