Cartographie de la parcelle Agro au moyen de Systèmes d’Information Géographique

jeudi 23 mai 2019
par  admin, DEA
popularité : 16%

Chaque année, les élèves de seconde Sciences et technologies de l’Agronomie et du Vivant (STAV) se rendent sur la parcelle en agroforesterie de l’exploitation agricole afin de cartographier la strate arborée et de relever les cultures entre les rangs, et de renseigner les informations qu’ils jugent importantes dans un SIG. L’article suivant présente le travail d’un groupe sur l’un des rangs d’arbres fruitiers.

Depuis plusieurs années, les élèves de première STAV sont confrontés au cours d’une pluridisciplinarité (module croisant plusieurs matières) au verger maraîcher de l’exploitation agricole. Au cours de cette journée, l’agroforesterie en tant que système agricole leur est présentée, puis ils se rendent sur le terrain par groupes de trois, équipés de GPS afin de relever l’emplacement des arbres.

Au cours de leur expédition, ils enregistrent différentes caractéristiques des arbres qui leurs semblent pertinentes (taille, état, stade phénologique, couleur des fleurs, etc). De retour en classe, ils construisent un système d’information géographique afin de cartographier leurs observations.

La séance, présentée d’ordinaire par Olivier Serries, enseignant d’informatique, et Christine Helmer, enseignante de biologie, a fait l’objet d’un documentaire réalisé par Eduter en mars 2018. Pour la première fois cette année, l’exploitation a souhaité être partie prenante des travaux, et le système de culture sur la parcelle agro a été exposé par la Directrice d’Exploitation, qui a ensuite accompagné les élèves au cours de leur sortie pédagogique afin de répondre en direct à toutes les questions.

Flavie Blanc, Cassandra Dannfald et Ivana Dujon ont travaillé sur le rang de pêchers et de pruniers. Leur rapport, exposant leur méthodologie de travail, est présenté en pièce jointe de cet article.

PDF - 1.1 Mo

Elles ont relevé les coordonnées GPS des arbres avec des GPS de randonnée ou à l’aide de leurs téléphones portables. Les relevés sont précis à 5m près. Elles ont choisi pour leur part de renseigner, entre autres : l’état de l’arbre, la couleur de la floraison ou des troncs (marqueurs de la variété) la densité des fleurs et des feuilles dans un SIG.

Les coordonnées GPS des arbres sont enregistrées dans le SIG, puis les différents critères qui leur correspondent sont renseignés dans une table d’attribution : chaque ligne représente un individu (un arbre), et chaque colonne un critère.

Il est ensuite possible de visualiser sur la carte les différentes caractéristiques des arbres. Voici en image la cartographie de quelques critères relevés par ces élèves au cours de leur sortie :

  • La couleur des fleurs de chaque individu (blanc pour les pruniers, rose pour les pêchers). On peut remarquer un individu aux fleurs blanches isolé parmi les pêchers : il s’agit d’un cas où le porte-greffe a repris le dessus sur la variété greffée.

  • La densité des fleurs pour chaque individu

  • La densité des feuilles

  • La hauteur des arbres :

Les SIG sont un très bon outil de travail. Avec des données appropriées et suffisamment précises, il serait possible de réaliser des analyses statistiques permettant de classer les arbres. Les implications pédagogiques possibles sont infinies et de très nombreux projets peuvent être envisagés avec l’exploitation. À titre d’exemple, les populations d’oiseaux présentes sur le Potager de Pétrarque font l’objet de deux relevés annuels, et d’une cartographie au moyen des SIG.

À lire également :


Navigation

Articles de la rubrique